Comment est fabriqué le textile de bambou ?

Découverte de la fibre de bambou

Le bambou a été utilisé par les hommes depuis des siècles. En effet, que pouvons-nous PAS faire avec du bambou? Eh bien, il y a 10 ans à peine, on ne pouvait utiliser le bambou que pour la nourriture, l’artisanat, la fabrication de meubles, de papier, ou de maisons. On savait aussi que le bambou produisait de l’oxygène en quantité et améliorait la composition d’azote des sols (comme si cela ne suffisait pas). C’est alors que les Chinois ont compris qu’on pourrait pousser le processus de fabrication de papier de bambou (une invention chinoise) vers une nouvelle étape; soit la fabrication de tissu de bambou.

De là est né l’engouement pour le textile à base de bambou!

Comment se fabrique l’étoffe de bamboo ?

Dans le cas de Shoo-Foo, le bambou est d’abord récolté à la machette par les communautés locales qui font ce geste depuis des siècles. En fait, le bambou est comme l’herbe, le couper correctement (oui, c’est une compétence!), contribue à maintenir la forêt en santé et à assurer le renouvellement de la ressource. Les paysans empilent leur récolte sur le bord de la route où elle sera ramassée par les travailleurs de l’usine.

Ensuite, sous l’effet d’un système de vapeur, les tiges et feuilles sont isolées, décomposées et transformées en une pâte qu’on appelle « cellulose ». La cellulose est la forme de bambou qui peut être filé en fil de bambou pour ensuite être tissé en étoffe bambou de toutes sortes.

Ce processus de décomposition nécessite l’utilisation de soude caustique (hydroxyde de sodium), qui est un produit chimique utilisé également dans la production alimentaire, et dans la production de coton biologique. La soude caustique est un produit approuvé par le Global Organic Textile Standard (GOTS) et la Soil Association du Royaume-Uni. En cours de processus, la soude caustique sera neutralisée en sel de sulfate de sodium, un produit non-toxique, pour ensuite être lessivé et recyclé. Le liquide résultant est récupéré par système de traitement des eaux usées en vase clos; ce qui signifie qu’il est recyclé à 99,5% et servira à nouveau à la fabrication de cellulose de bambou. À ce jour, c’est probablement la façon la plus écologique de fabriquer du tissu de bambou car cela permet d’économiser de l’énergie et de l’eau.

Une fois le fil de bambou fabriqué et prêt à être tissé selon les besoins spécifiques du produits de consommation (drap, bonnet, pull, t-shirt, etc), le fil de bambou ne nécessite aucun autre traitement particulier, sauf la teinture.

Par contre, la production de coton, «régulièr» ou bio, nécessite plusieurs autres étapes de transformation avant le tissage d’une étoffe. Toutes ces étapes sont énergivores. Le fil de coton doit être nettoyé, calibré, adoucit, blanchit, renforcit, lissé et encore. Le processus est complexe et lourd et laisse un impact environnemental considérable.

Il est possible de faire du textile de bambou de façon mécanique et sans produits chimiques, mais ce processus est si coûteux et si laborieux que pratiquement personne utilise cette technique aujourd’hui. Par contre, la technologie progresse à tous les jours et le processus de fabrication des tissus de bambou s’améliore aussi graduellement. Il est tout à fait plausible de croire qu’un jour on y arrivera sans l’aide de la chimie.

Qu’est-ce que le lyocell ? (parfois nommé Tencel)

La production de lyocell est similaire à celle de la fabrication du textile de bambou, à l’exception que la matière première pour le lyocell est la cellulose d’arbres de bois dur (dont le chêne, le bouleau, l’eucalyptus) plutôt que le bambou.

Plusieurs personnes réfèrent au processus de fabrication en vase clos décrit ci-dessus comme le "processus lyocell"; se référant à la technique qui consiste à créer un fil textile long et solide à partir de pulpe riche en cellulose (pulpe de bois) et ce grâce à un système de filage à jet sec-humide. Lyocell est traditionnellement fabriqué à partir de copeaux de bois durs (souvent de bouleau ou de chêne) et plus récemment d'eucalyptus (alors appelé Tencel), tandis que le bambou est fait, eh bien, à partir de bambou!

L’étoffe de bamboo est-elle vraiment “verte” ?

À vrai dire, la production de tissu à base de bambou est l’une des plus écologiques lorsqu’on prend en considération les étapes de la production agricole ainsi que les ressources nécessaires à la transformation de la plante et à la fabrication des divers types de textiles.

À l’étape de la production agricole, le bambou n’a aucun impact sur la planète. C’est une plante qui pousse naturellement avec juste de la pluie et du soleil – ni régénération des sols, ni irrigation, ni reboisement sont nécessaire (le bambou peut atteindre sa pleine maturité en 3 à 4 ans, sans intervention humaine). La plante bénéficie d’une chimie naturelle qui tient les insectes nuisibles à distance, si bien qu’aucun pesticides ou insecticides sont nécessaires. Les forêts sont gérées par les communautés locales et la récolte se fait sans produits chimiques ni lourde machinerie – tout est mécanique, comme cela a été fait pendant des siècles.

Nous sommes fiers de dire que le bambou que nous utilisons pour nos produits a obtenu la « Certification de la chaîne de traçabilité » du Forest Stewardship Council (FSC Chain of Custody) – ce qui signifie que depuis la forêt de bambou jusqu’aux fils de bambou, toutes les étapes successives de production répondent aux critères et règles requises pour assurer une gestion responsable des forêts de la planète.

Pourquoi fabriquer le tissue de bamboo en Chine ?

Tout d’abord, le savoir-faire des producteurs de tissus de bambou a été développé en Chine et nous croyons que la meilleure qualité dans cette catégorie de produits est encore celle en provenance de Chine.

Deuxièmement, les ressources naturelles utilisées pour fabriquer nos produits se trouvent en Chine (à ce jour, aucun autre pays ne produit du fil fabriqué à base de cellulose de bambou). Afin de maintenir notre chaîne d’approvisionnement courte et éco-efficace, nous avons décidé de gérer l’ensemble du processus de transformation en Chine.